Les conseils du pro.

Choisir un antivol

Il y a de nombreux antivols sur le marché, mais ils ne sont pas tous de la même qualité. Un antivol cher ne garantit pas que votre vélo ne sera pas volé. Voici quelques conseils et quelques avertissements concernant les antivols.

Suggestions

Les pièges

1. Les chaînes :

Très pratique grâce à la longueur. Vous pouvez  attacher plusieurs parties de votre vélo (roue et cadre) avec la même chaîne. La seule contrainte est que la chaîne peut peser lourd.

Attention à la matière et au diamètre des maillons.

1. Les câbles simples :

Trop fins et donc faciles à sectionner. Le câble n’est pas assez épais.

2. Les antivols en U :

Certains sont très résistants et faciles à porter. Leur seul problème étant le manque de longueur. Si vous essayez de l’attacher à un grillage ou poteau le U n’est parfois pas assez long.

2. Les antivols à code :

Faciles à couper et très fragiles. Même niveau de protection que les câbles simples. Souvent utilisés pour protéger les portables.

3. Les câbles en acier épais :

Très résistants et aussi bien que les antivols U et les chaînes. Attention : pour ce type d’antivol le diamètre est important.

3. Les antivols i-lock :

Une idée innovante mais pas très fiable. Le vélo n’est pas attaché à quelque chose,  donc il est facile de l’enlever entièrement.

Le vélo doit être fixé à un poteau ou à un grillage. Si vous possédez déjà un antivol qui n’est pas très bon, vous pouvez toujours ajouter un antivol supplémentaire pour plus de sécurité.  L’emplacement est aussi important, votre vélo doit être garé sur une place publique et lumineuse. Ne le mettez pas dans un coin sombre, mais dans un lieu où les gens passent.

Roulez gonflé

 

 

De bons pneus  correctement gonflés, résistent nettement mieux aux crevaisons. Pensez-y

 

 

 

Des pneus trop peu gonflés obligent les cyclistes à fournir un plus grand

Pompe à vélo avec manomètre

effort.  Cette baisse de rendement est aussi vraie pour ceux qui enfourchent un vélo à assistance électrique: si les roues manquent d’air, les muscles et le moteur doivent fournir davantage d’énergie. Il faut donc davantage d’électricité pour avancer…

Une personne qui souhaite privilégier le confort pourra moins  gonfler ses pneus.Par contre on ne doit jamais gonfler au delà des limites mini ou maxi autorisées par le constructeur.

La bonne pression

valve presta et schrader chambre à air gonflage atelier

chambre a air presta schrader gonflage atelier


Valve Presta (valve française): après avoir dévissé  un le petit écrou vers le haut , appuyer sur la valve pour la débloquer -


Valve Dunlop: si le pneu ne se gonfle pas, démonter la valve et vérifier l’état du petit tuyau de plastique souple qui recouvre sa base.

 

 

La bonne pression est donc un compromis entre le rendement et le confort. Elle va dépendre du type de pneu et de la charge supportée par le pneu(poids du cycliste ainsi que des bagages). Plus un pneu est étroit et fin , plus sa pression optimale est élevée. Plus on pèse lourd, plus le pneu doit être gonflé.Attention si le pneu est fatigué craquelé par l’age, le soleil ou la pollution il résistera moins .

Gonflage à titre indicatif car il convient de respecter les préconisations du manufacturier repéré en BAR ou PSI et inscrit sur le flan du pneu

En vélo de course entre 6et 8 bars

En Vtt de 2,5 à3 bars

En Vtc de 4 à 4.5 bars

en vélo de ville de 3.5 à 4 bars

 

 

 

 

A quelle fréquence doit-on vérifier la pression ?

Pour conserver le plaisir de rouler et réduire les crevaisons il faut vérifier  le gonflage des pneus  une fois par mois.Les chambres à air même neuves  peuvent perdre un demi bar par semaine.

Pour les chambre à air en latex, il faut contrôler et ajuster la pression à chaque sortie.